Philosophie et histoire (1)

Depuis Aristote, la philosophie s’est scindée entre spiritualité du comportement et étude des universaux. L’Occident a néanmoins toujours édifié un art du questionnement dont la méthode dessine une vision synthétique et unifiée du monde, déterminant un comportement, mais lorsque l’éthique a été entièrement remise au substrat idéologique démocratique né du siècle des lumières, sous la forme d’un art du comportement social, la philosophie n’est plus devenue qu’un exercice intellectuel enseigné comme une matière dans les universités.

Depuis que Vyasa et Patanjali en ont créé une cohérence écrite, la philosophie orientale a établi une vision synthétique du monde, coextensive à l’expérience spirituelle humaine. L’expérience précédait la vision, mais dès lors que les ressorts expérientiels ont été codifiés sous l’influence occidentale, la philosophie orientale est devenue une répétition de modèles historiographiques, enseignés dans des ashrams comme une tradition. Point n’est besoin d’être Nietzsche pour comprendre que l’idée même de tradition est contre-philosophique.

Le piège est d’autant plus fort que la philosophie a une histoire et que son questionnement se caractérise par blocs dans les périodes historiques. En Occident, la philosophie de l’Antiquité a été dominée par la question de la matière et du cosmos. Le moyen âge déiste a tout remis à la seule préoccupation de Dieu. La philosophie de la Renaissance a concentré son questionnement sur la nature. Du XVIIe au XIXe siècle, la question de la connaissance a été au centre des modèles et au XXe siècle, ce fut celle de l'être et de son extension langagière.

Au XXIe siècle, faute de questions nouvelles à placer devant soi, la déconstruction des uns par les autres est l’activité philosophique la mieux partagée. Pourtant, comme le doute et le criticisme humaniste avaient opposé, dans le virage de la Renaissance, l’idéal au religieux dominant, maintenant, si l’on veut bien cesser de ne faire que de la philologie et de l’épistémologie, il est temps d’opposer le réel à l’idéal.

August 7th 2017